Trek J2 et 3

La nuit aura été très froide. Normal en même temps puis qu’il y a bien des aérations mais pas de fenêtres et les lammes du sol sont distantes de quelques cm. Nous étions prévenus mais j’ai compté, sous mes 6 couvertures et mon drap de soie, j’ai vraiment pas eu chaud…Les coqs se mirent à chanter vers 4h et chacun répondant à l’autre, nous serons debout relativement tôt ! Petit Déj avec œufs, toasts, thé et fruits et direction le village Karen à 4h de marche et 45 minutes de radeau de bambous.

 

Nous serons sur la face cachée au soleil et du coup, nous peinerons moins que la veille à marcher malgré les douleurs qui commencent à s’éveiller. Maia nous dit découvrir des muscles…

 

Nous nous arrêterons vers 13h pour le déjeuner le long de la rivière où nous irons faire trempette avant de manger. Pause sieste rapide et maillot de bain obligatoire car nous attendons que nos deux amis du jour arrivent pour nous baigner avec eux.

 

Nous avions le choix entre la balade et la baignade mais nous avons choisi la baignade qui est un moment privilégié avec les pachidermes. Wan nous dira aussi que les éléphants préfèrent la baignade qui n’est pas synonyme de travail comparé à la balade.

 

La baignade fut courte mais les enfants ont essayé un maximum d’arroser les éléphants ainsi que de leur donner les épluchures des pastèques et autres ananas du déjeuner. Ils sont quand même très impressionnants pas leur taille.

Nous chargerons enfin nos radeaux. Nos sacs sont suspendus à un trépied en bambou pour qu’ils ne prennent pas l’eau. Nous descendrons la rivière pendant 45 minutes à travers une végétation dense. Micka sera le second de Wan qui dirigera le radeau.

Nous arriverons avant la tombée de la nuit et même rituel que la veille pour les douches. Le village est composé de 25 familles et 80 personnes environ. Le village est beaucoup moins accueillant que le premier. D’abord moins propre et les enfants moins souriants et moins gentils. Ici, on est beaucoup plus habitué aux touristes et la population attend plus des touristes (synonyme de DOLLARS…)

 

Nous ferons le tour du village avec ce ressenti tout le long. Mais, ce soir il y a une différence, c’est le nouvel an Lahu. Cette fête, très proche des festivités chinoises dure 7 jours et nous sommes au second jour. Wan est très heureux de nous amener ici aujourd’hui. Il nous dira plusieurs fois : « dancing, dancing this night ! ». Après un bon repas, comme la veille, nous ferons quelques jeux devant le feu de bois où nous mangerons aussi quelques shamallows grillés. Nous sentons nous aussi depuis deux jours un peu le feu…

Nous monterons sur la place du village où un feu de joie est allumé, quelques guirlandes installées et quelques pétards fusent. Au milieu de la place, sur un support en bambou orne une tête de cochon pour chasser les mauvais esprits et apporter du bonheur toute la nouvelle année. Des enfants donneront des cierges magiques aux loulous qui se feront une joie de s’inscruster aux locaux pour en brûler quelques uns de plus. Wan nous dit aussi que chaque année, les enfants étant livrés à eux même, il y a souvent des accidents et il arrive fréquemment qu’un d’entre eux perdre un doigt ou plu à cause des pétards. Nous sommes peut-être une quarantaine sur la place et les musiciens arrivent. Musique et danse traditionnelles pouvant faire penser à une bourrée berrichonne ou à quelques danses bretonnes résonne dans la vallée. Désolée mais pas de photos car pas suffisamment de lumière… Nous irons nous coucher plus tard que d’habitude pour profiter de ce moment plutôt peu ordinaire. Heureusement, Wan nous promet une petite grasse mat’ car nous partirons que vers 10h30 car avant la rivière est vraiment froide.

La nuit fut bonne et cette fois nous n’aurons pas froid car j’avais sélectionné de bons gros édredons bien chauds ! Malgré cela, dès le levée du soleil, notre nuit sera écourtée. Plus de grasse mat’. Nous ne pensions pas que la nouvelle tête du cochon qui sera fixée sur l’étendar serait tué sous notre chambre. Les loulous nous demanderont pourquoi le cochon couine autant. Et oui, il a compris lui ! Tous les jours pendant 7 jours, un cochon sera tué.

 

Nous assisterons donc en direct et à l’ancienne à l’abattage. Tripailles à volonté, boudins et panses en train de bouillir… C’est le dernier moment que nous passerons chez les Lahu.

Nous descendrons alors la rivière pendant 2 bonnes heures avec cette fois-ci plus de remous que la veille malgré le peu de fond. Nous arriverons à bon port mais trempés à l’os. Wan fut vraiment un très bon guide pour nous et avons vraiment appréciés ce moment. Ces trois jours passeront vraiment vite et nous pensons déjà à l’organisation de la suite. Demain, nous irons à l’aéroport pour récupérer notre voiture de location pour cette fois monter plus au nord.

 

%d blogueurs aiment cette page :