Le Nord-Est Calédonien.

Le Nord-Est Calédonien.

Nous traverserons d’ouest en est la Calédonie par la route transversale Koné-Tiwaka. Cette route de 70km du nom des rivières dont elle suit le parcours, constitua un des plus grands chantiers de Calédonie, étalé sur 10 ans. Le coût des travaux est estimé à 7 milliards de francs CFP (environ 58 millions d’euros), relève l’ampleur des efforts entrepris pour relier la côte ouest à la côte est. La route offre de nombreux points de vue. Nous remontrons jusqu’à Hienghene, petite commune de 3000 habitants.

IMGP6217 (Copier)

 

 

 

 

 

Formations rocheuses, végétation tropicale, rivières, montagnes, plages et îlots forment cette partie du territoire. Nous irons admirer la fameuse poule ! Effectivement, elle est plutôt très belle.

IMGP6211 (Copier)

 

 

 

 

 

A son côté, un sphinx puis juste avant sur la route, les rochers noirs de Lindéralique.

IMGP6441 (Copier)

 

 

 

 

Hienghene a aussi une histoire. C’est ici qu’une page importante de l’histoire du pays s’est écrite. Jean-Marie Tjibaou, chef de file indépendantiste et originaire du villageTiendanite, en a été le maire jusqu’à son assassinat en1989 à Ouvéa. Sa mémoire est honorée partout dans la région, témoignage tangible de l’attachement profond des kanak à leur identité. L’histoire de la colonisation a en efet été vécue douloureusement. JM Tjibaou incarne cette génération d’hommes politiques déterminés à faire entendre la voix kanak.

Nous passerons d’ailleurs la nuit dans la tribu Tiendanite chez Charline à une vingtaine de km du centre de Hienghene. On y accède par une route non-revêtue et après deux ponts nous arrivons au centre de la tribu d’une centaine d’âmes.

IMGP6248 (Copier) IMGP6299 (Copier) IMGP6279 (Copier)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au cœur de la tribu, une église, la pièce commune et la tombe de Tjibaou recouverte de fleurs.

IMGP6285 (Copier) P1040067 (Copier)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous dormirons dans une case mélanésienne, plutôt rudimentaire, sur un matelas reposant sur des nattes.

IMGP6291 (Copier) IMGP6296 (Copier)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les sanitaires, comme beaucoup ici, sont dehors et à l’eau froide. Nous gouterons d’ailleurs le fameux bougna, plat local composé de poulet cuit à l’étouffé avec de l’igname et du taro, dans du lait de coco, le tout enroulé dans des feuilles de bananiers.

Nous reprendrons notre route vers le nord direction Pouébo. Nous n’irons pas jusque là faute de temps et devons déjà prendre le chemin du retour. L’avion est prévu lundi, déjà ! La route de Hienghene à Pouébo est la plus belle route du territoire ! Elle est sinueuse mais d’un côté la montagne avec les villages et les cases kanak et de l’autre le lagon.

IMGP6318 (Copier)

 

 

 

 

 

Le long de la route, de petites échoppes en libre-service, proposent des produits locaux (pierre savon, bois ou fruits et légumes). Ils sont disposés là par les habitants et une boîte sur la table permet d’y déposer son argent. Cette pratique du négoce remonte au temps où les tribus du bord de mer commerçaient avec les tribus des montagnes. Les marchandises étaient déposées à un endroit précis, et l’on attendait caché, l’arrivée de l’autre tribu potentiellement intéressée par le troc. Nous y acheterons quelques fruits.

IMGP6475 (Copier)

 

 

 

 

 

La visite du jour est plutôt un moment avec la traversée du bac de la Ouaïème.

Ce bac, le dernier du territoire nous attend au bas de la piste. Ouvert jour et nuit, il survit au progrès et aux velléités de le remplacer par un pont. L’endroit est en effet tabou. Les ancêtres, à leur mort, viendraient se réincarner en carpes, au niveau du long croissant de sable blanc situé à l’embouchure. Le bac fonctionne tous les jours sous la conduite de passeurs qui se relaient sans interruption ou presque…

IMGP6324 (Copier) IMGP6333 (Copier) IMGP6337 (Copier) P1040074 (Copier)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous admirerons au passage la cascade de Tao d’une centaine de mètres de hauteur, où ne pourrons aller faute de fortes précipitations.

IMGP6381 (Copier) IMGP6351 (Copier)

Nous traversons une bonne partie de l’île car la pluie n’a pas cessé aujourd’hui.

IMGP6190 (Copier)

 

 

 

 

 

Nous nous arrêterons de nouveau à Bourail après avoir retraversé d’est en ouest l’île par le col des roussettes. La vue y est d’ailleurs splendide.

Nous irons jusqu’à Farino, superbe petit village de 600 âmes avec une vue sur la vallée. Le village a beaucoup de charme et est aménagé à merveille. Les habitants aussi, prennent grand soin de leurs parcelles. Nous nous essaierons tout de même à la visite du parc des grandes fougères, site d’environ 5400 hectares de forêts tropicales humides. La flore et les espèces habrités dans le parc sont pour la plupart endémiques ( cagous, notous, perruches huppées, …). Mais, encore cette fois voici le résultat…

P1040109 (Copier) IMGP6506 (Copier) IMGP6515 (Copier) IMGP6508 (Copier)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous redescendrons jusqu’à Boulouparis puis Nouméa afin de terminer notre tour calédonien.

3 réflexions sur “ Le Nord-Est Calédonien. ”

    1. Bonjour Pierre,
      Aujourd’hui, nous sommes à Canberra, la capitale de l’Australie.
      Il a gelé cette nuit et ici, il fait froid!
      J’ai bien aimé la Nouvelle-Zélande et plonger dans le lagon en nouvelle Calédonie.
      Nous partons vers Melbourne. Courage pour l’école.
      Samuel

      J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :