Trek dans les tribus Karen et Lahu. J1

Ce matin, notre guide Wan vient nous récupérer à notre guesthouse vers 8h30. Il y a déjà un beau soleil. Nous montons avec notre chauffeur dans le songthaew qui nous attend et direction la maison de Pirron et Jit, les personnes que Lisa-Cécile nous a conseillé pour ce treck.

imgp1648-copier

Nos bagages resteront chez eux jusqu’à notre retour. Nous prenons alors la direction du nord vers Mae Rim où nous nous arrêterons à un marché local pour que Wan achète les vivres pour les 3 jours.

Wan prendra le temps de nous faire découvrir quelques produits locaux entre les herbes utilisées en cuisine, les fameux œufs roses, autres panses de porc et pattes de poulets grillés, le tabac à rouler dans des feuilles de bananier et des sauterelles grillées. Désolée, nous avions pris un paquet (au milieu sur la photo)  pour vous en ramener mais nous ne l’avons pas retrouvé… Maia a goûté mais les gars n’ont pas eu autant de courage. Pour les larves et autres gros vers blancs, j’ai pas encore réussi…

Nous nous arrêterons après 40 minutes, à une cascade faisant partie du park naturel du Doi-Suthep. Nous commencerons par une petite grimpette jusqu’à une grotte où nous y trouverons qq chauve-souris.

Cette grotte surplombe la cascade. Il n’y a que moi qui, comme d’hab, n’ira pas testé l’eau fraiche qui tombe de la montagne.

Direction, une gargote et hop une bonne heure de route sineuse à souhait et nous voici à notre point de chute où plutôt notre point de départ pour 3 heures de marche sous 32° !

imgp1712-copier

Nous prendrons un peu de temps avant de partir car nos estomacs et la chaleur nous ont donné le vertige et autres nausées. Même Wan n’a pas supporté la route…La voie est escarpée et nos ballots de nourriture sont confiés à des locaux qui les emmèneront à travers la montagne en scooters. Et oui, sur ces chemins on croise souvent des scooters.Wan fera découvrir aux enfants beaucoup de choses tirées de la nature et comment vivre ici avec un morceau de bambou et un Coupe-Coupe. Il leur fabriquera des chapeaux en fougères puis des verres, des assiettes et des baguettes pour le repas de ce soir.

imgp1726-copier

Nous ferons une halte aussi pour cueillir une sorte de gros pomelos.

Nous arriverons vers 18h à notre premier village de tribu Karen. Wan connaît bien les Karen car lui aussi est Karen. Il vit, s’il n’est pas à Chiang Mai ou en treck, dans un village à quelques Km de là.

A peine arrivés, ils nous faudra prendre notre petite douche rapide, car ici pas d’eau chaude, pas d’électricité, quelques panneaux solaires pour alimenter des batteries pour qq heures de lumière et le soleil tombe de l’autre côté de la montagne. En une petite heure, nous perdrons 10 bons degrés. Et notre chambre est plutôt spartiate : une toile cirée au sol, un matelas de 5cm et une bonne moustiquaire.

Dans ce village, il y a 8 familles et 35 habitants. Nous ferons donc le tour du village rapidement, sous les habitations, vivent les animaux. Sauf les cochons et les buffles sont éloignés des maisons. Tout en haut, une église flambant neuve. La religion ici, comme dans les villes, est très présente et la population donne beaucoup et vit dans des conditions bien différentes des nôtres. Ici, la populations est catholique. Wan nous expliquera que des missionnaires sont venus dans ces régions éloignées et leur soutien leur a permis de réussir à tirer profits de leurs activités de fermier. Ils seront convertis au catholicisme.

Direction ensuite la cuisine, pour préparer des spring rolls banana. Des roulés de petites bananes dans des galettes de riz et puis frits. Nous mangerons aussi un très bon green curry préparé par Wan : Un délice !

La soirée sera bien différente qu’habituellement. Et oui, qui dit pas d’électricité dit aussi pas de réseau et pas de Wifi ! Donc 3 jours sans consoles, tablettes et autres mobiles. Il y en a un qui a eu un peu de mal… Alors, autour du feu de la cuisine Wan apprendra aux enfants à jouer de la guitare. C’est aussi ça vivre ici! Ce n’est pas sans me déplaire!

Direction notre chambre car demain, un long chemin nous attend.

%d blogueurs aiment cette page :